Chronique Musique

Intergalactic Lovers à la conquête de l’univers

Lara Chedraoui, Brendan, Corbey, Maarten Huygens et Raf De Mey/©Jens Mollenvanger/Unday Records/2017
Lara Chedraoui, Brendan, Corbey, Maarten Huygens et Raf De Mey/©Jens Mollenvanger/Unday Records/2017

Le single Between the Lines, dévoilé en Juin, annonçait un retour gagnant pour les « amants intergalactiques » flamands. Le groupe mené par Lena Chedraoui semblait déjà, dans cet extrait soutenu par un visuel tout en couleurs,  évoluer vers des contrées plus affirmées. Ce désir est exaucé puisque leur troisième album Exhale laisse part à onze morceaux qui restent. Doucement, le quatuor laisse son empreinte rock sur le chemin de la musique indie belge, en nous offrant ici son plus bel opus.

intergalactic lovers exhale

C’est donc le susnommé Between the Lines (et son clip en hommage à Magritte) qui ouvre les hostilités de son riff électrique. Cette base de corde, guitare ou basse, se retrouvera dans chacun des titres, laissant un goût brut à la Interpol. En travaillant avec Gil Norton (Pixies, Foo Fighters, Dashboard Confessional), Intergalactic Lovers ne pouvait en effet qu’extirper le meilleur de ce que leur deux albums précédents (Greetings & Salutations et Little Heavy Burdens) avaient pu révéler. Peu à peu, leurs morceaux se détachent de leur racines folk pour se diriger vers des tonalités plus pop. Et même si les textes demeurent sombres, les mélodies, elles, se font punchy. De l’énergie à revendre, c’est ce qui frappe dès la première écoute. Et des chansons qui immédiatement accrochent l’oreille.

Coast to coast, le second morceau, rappellerait presque le R.E.M. de 1988 et son Orange Crush dans les arrangements concis mais chaleureux, la voix légèrement nasillarde de Lara étayant cette impression. Ce qui suit est incontestablement excellent. Ligne de basse qui envoie avec Give It Up, laissant place au génial Talk ! Talk ! et son ostinato inquiétant. Ici, ce sont les violons qui font leur entrée, emportant l’album dans des contrées plus obscures. Ces derniers apparaissent également dans le magnifique River, qui suit. 

On remarquera aussi Ego Wars et ses paroles décrivant une relation chancelante, portées par une mélodie redoutable. Si la mélancolie planait de façon plutôt opaque sur le deuxième tiers de Exhale, elle se dilue légèrement dès Fears pour complètement s’envoler avec Let Go (au titre prédestiné.) Jeux de voix, gros accords à la Pretty Reckless contrebalancés par quelques arpèges plus délicats, ce titre énergique donne la dose d’espoir nécessaire à la conquête du monde que tend à atteindre Intergalactic Lovers. Lara Chedraoui ne s’en cache pas, “World domination is on my list. I’ve put the bar there.” dira-t-elle en souriant.  

Avec un tel album, on n’en doute pas.

Exhale sera disponible le 15 Septembre chez Unday Records.

Intergalactic Lovers sera en concert le 31/10/17 aux Rotondes (Lux), le 01/11/17 à Eupen (Be), le 02/11/17 à l’AB (Be). Une deuxième date est annoncée pour le 14/02/18 à l’Ancienne Belgique.

OfficielFacebook

  •  
    13
    Partages
  • 13
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

1 commentaire

Ajouter un commentaire